Environnement

La préservation de l’environnement est devenue de nos jours un enjeu majeur. Elle a pour but de limiter la dégradation de la nature à cause des activités humaines néfastes. Pouvons-nous réellement parler dès lors des métiers de la logistique dans le domaine de l’environnement ? Pas évident à comprendre du premier coup !

Il s’agit en fait dans ce contexte de montrer de quelle manière, à travers ses métiers et activités, la logistique contribue à la préservation des écosystèmes et donc de l’environnement. Ce concept est très répandu dans les industries chimiques et agro alimentaires, les entreprises extractrices et minières, les entreprises de traitement des déchets…

La logistique dans le domaine de l’environnement se traduit par diverses formes d’activités :

  • La logistique durable : Intégrer la logistique dans une politique de développement durable. Il s’agit de mettre l’accent sur les activités de logistique qui ont plus d’impacts négatifs sur l’environnement (transport, bâtiment, déchets…) et de trouver des solutions pour ralentir cet impact (meilleur préservation des ressources naturelles) tout en maintenant une qualité de service optimale.
  • La logistique verte ou éco-logistique : plus poussée que la logistique durable, il s’agit de réduire les impacts environnementaux tout au long du cycle de vie des produits (à ses différents stades): conception, achats, production, logistique, emballages, distribution et recyclage.
  • La logistique des retours : encore appelés  « reverse logistique » ou « logistique inversée », il s’agit de l’ensemble des activités mises en œuvre pour réaliser le flux inverse des marchandises. C.-à-d. partant du consommateur jusqu’à l’entrepôt de l’unité commerciale ou du fabricant. L’un des bénéfices étant justement de limiter l’impact des produits non comestibles sur l’environnement, mais aussi d’encourager les entreprises à adopter des comportements écologiques.

Les atouts du logisticien :

Le logisticien dispose d’un ensemble de qualifications qui le prédisposent à une bonne intégration des critères environnementaux dans la pratique de ses activités. C’est un chercheur qui a la maîtrise des outils d’analyse et de résolution des problèmes. Qui pour chaque situation, reconnait les outils appropriés pour réaliser un diagnostic, les démarches pour élaborer des solutions et les méthodes pour faire appliquer ces solutions.

Le logisticien est très soucieux de la réduction des gaspillages. Dans la gestion des processus, la finalité de son action est d’optimiser l’emploi des ressources. Technicien des flux, il dispose du professionnalisme nécessaire pour organiser, réaliser et contrôler les flux de retours, ainsi que tous les processus subséquents (stockage final, recyclage, récupération, réutilisation…). Pour chaque étape, il connait les tâches ou opérations à réaliser, les documents à émettre, les formalités à accomplir et les différents intervenants.